Accueil » Les candidat.es » Canton de Brest 2 – Pauline Louis-Joseph-Dogué & Barthélémy Gonella

Canton de Brest 2 – Pauline Louis-Joseph-Dogué & Barthélémy Gonella

Remplaçant.es : Marion Maury & Glen Dissaux

Lutter contre l’isolement social. C’est un enjeu important à Brest.
Nous soutiendrons, avec force, les acteurs locaux agissant pour l’emploi des plus fragiles et des jeunes, contre la précarisation et la marginalisation, pour la protection de l’enfance et l’inclusion de nos aînés.

“Une démocratie partagée pour un projet breton remettant l’humain et l’écologie au centre de la vie. Brest et le Finistère ont besoin d’un renouveau social et écologique.”

Téléchargements :

La pandémie de COVID-19 a provoqué une crise économique et sociale sans précédent.

Elle a démontré l’impasse de notre modèle de développement.

Nous devons agir sur la façon de nous nourrir, de nous loger, de nous déplacer, de produire, de consommer et de travailler. Repensons notre rapport au vivant, limitons notre impact sur le climat. Ces changements indispensables doivent se mener dans tous les territoires.

Brest, en tant que première ville de notre département, doit être à la pointe de la transition pour une plus grande justice sociale et environnementale.
Habitant le canton de Brest 2, nous voulons redonner la main aux citoyennes et citoyens dans la gouvernance de notre destin commun. Ce sens du service a guidé notre engagement depuis de longues années : Ingénieure reconvertie dans l’éducation nationale et porteuse de projets environnementaux, officier retraité de la marine œuvrant désormais dans l’humanitaire et à la protection des océans.
Nous avons plusieurs priorités pour le département :

  • Renforcer la solidarité intergénérationnelle, tout au long de la vie : protection de l’enfance, engagement vers l’emploi, lutte contre l’isolement, accompagnement des personnes âgées et plus vulnérables.
  • Préserver le cadre de vie : soutien au fonctionnement des collèges, aux pompiers à la protection et, au monde de la culture, véritable ciment social.
  • Accélérer la transition écologique : éducation à l’environnement, alimentation de qualité et biologique (en particulier dans les collèges), rénovation énergétique des bâtiments, développement du plan vélo et d’un tourisme durable.
    Avec la liste Finistère d’Avenir, nous portons un projet écologique, social, fédéraliste, pour que les générations présentes et futures vivent dans un département préservé, agréable et solidaire.

Agissez en allant voter pour «Finistère d’Avenir» !

Contact :

Contactez-nous sur notre page Facebook

Remplaçant
DISSAUX Glen

36 ans
Directeur d’association culturelle

Titulaire
LOUIS-JOSEPH-DOGUÉ Pauline
39 ans

Enseignante

Titulaire
GONELLA Barthélémy
57 ans

Officier de marine à la retraite

Remplaçante
MAURY Marion
37 ans

Conseillère RH aux TPE

Pauline Louis-Joseph-Dogué

Je m’appelle Pauline Louis-Joseph-Dogué (mon patronyme est d’origine martiniquaise), j’habite à Brest depuis 14 ans. J’ai 39 ans, je suis mère de famille de 3 enfants.

D’un point de vue personnel et professionnel, mes engagements peuvent se résumer en 2 mots : préservation et transmission.

Mon parcours se concrétise dans ces 2 points :

J’ai travaillé pendant près de 10 ans comme ingénieure d’études en sûreté nucléaire des installations de l’Arsenal et de l’Ile Longue. Mon rôle était de veiller à ce que les opérations de maintenance des sites nucléaires soient réalisées avec précaution.

Par cet engagement de 10 ans, je mesure donc pleinement tous les enjeux que représente l’Arsenal, réservoir d’emplois et de compétences et cœur géographique de notre canton. Mais également le risque que représentent ces installations nucléaires et l’attention qu’il faut donc y porter.

Après la naissance de mes enfants, mon devoir de transmission m’est apparu évident. Je suis devenue professeure des écoles. J’exerce actuellement dans une école de réseau prioritaire à Lambézellec.

Attachée à l’Ecole de la République, je crois que l’Education et le partage de Connaissance sont des atouts fondamentaux pour appréhender le Monde, dans toute sa diversité, avec justesse et bienveillance.

Impliquée dans des associations de préservation de l’environnement, j’ai toujours été sensible aux questions environnementales et aujourd’hui, j’ai décidé de m’engager politiquement, afin de répondre, avec vous, à ces 2 enjeux : Concilier le développement humain, auquel nous aspirons tous, avec la préservation de notre écosystème, unique et irremplaçable ;
Construire, ensemble, un monde d’entraide et résilient face à des potentielles crises, économiques ou écologiques.

Barthélémy Gonella

58 ans, marié à une architecte et père de deux ″grands″ enfants, habitant “Brest même”, j’ai fait une première carrière dans la Marine nationale durant laquelle j’ai eu la chance de parcourir nombre de pays et océans (sous, sur et au-dessus de la surface) ainsi que de séjourner deux ans au Cameroun en tant que coopérant pour l’Action de l’État en Mer (conseiller technique du MINDEF).

À l’issue, j’ai travaillé dans le bâtiment comme coordonnateur de chantier ce qui m’a permis de partir en Haïti, juste après le tremblement de terre de 2010, comme chef de mission de l’ONG architectes de l’urgence pour la mise en sécurité de la population et la reconstruction du pays.

À mon retour, j’ai retrouvé mes premières amours, la mer et les océans, en intégrant l’Agence des Aires Marines Protégées comme chargé de mission pour leur surveillance et leur protection.

Après six ans au sein de cette instance, je suis reparti pour deux ans en République du Congo, en plein forêt équatorial, comme chef de mission au profit des Pygmées et de leur santé sous l’égide de l’Ordre de Malte France.
De retour en France depuis fin 2020, je souhaite être de celles et ceux qui porteront un projet pour un monde meilleurs pour nos enfants.

Adhérant à Nouvelle Donne depuis 2015, je porte une partie de son programme élaboré par les citoyen(ne)s de France au service d’une vision meilleure de notre avenir.

Redonner la main aux citoyen.nes dans la gouvernance de notre destin commun est ma principale motivation, de même que porter la protection de notre environnement, la justice sociale et la paix entre les peuples au cœur des débats et des actions.

Suis-je légitime à m’engager dans cette démarche et à représenter notre mouvement ? Je le crois.
Je ne suis certainement pas “le meilleur d’entre nous”. Je suis ce que l’on pourrait appelé un candidat presque “normal”. Mais mon parcours citoyen témoigne que la diversité peut être mise au profit d’autrui. J’ai pu participé au Samu Social brestois (et à ses nombreuses maraudes) pour essayer d’apporter un peu de réconfort à la détresse de mes concitoyen.nes dans la rue. J’aurais aimé pouvoir faire davantage. J’ai approché cette détresse, qu’elle soit morale, physique ou financière, et que nous ne voyons plus.

Aujourd’hui, encore plus qu’hier, il me semble urgent que les citoyen.nes se réapproprient la chose politique à tous les niveaux et fassent barrage à des professionnels du pouvoir dont la légitimité est de plus en plus contestable et contestée.

Je m’engage donc en ce sens, car il ne suffit plus de le dire !
Comme le disait A. Einstein : «La folie est de toujours se comporter de la même manière et de s’attendre à un résultat différent.»
Il faut agir, il vous faut agir en allant voter.

Glen DISSAUX

Vice Président de Brest Métropole en charge du plan climat, de l’agenda 2030 et de la COP locale. Élu à la ville de Brest, il est Président du groupe des élu.e.s écologistes de Brest ville et métropole.

Né à Brest, il est diplômé de Sciences Po Rennes et du Master de gestion des ONG de Paris XII. Après avoir travaillé dans le domaine de l’humanitaire et de la solidarité internationale quelques années à Paris et à l’étranger, il rentre au pays. Il se consacre alors à la structuration du milieu associatif puis à la langue et la culture bretonne, en tant que professeur, ensuite en intégrant la maison de la langue et de la culture bretonne du pays de Brest, dont il est le directeur depuis 2017.

Écologiste, fermement de gauche, son engagement auprès de EELV remonte à la campagne des élections municipales de 2020 à Brest. Il est convaincu que le changement climatique est une donnée fondamentale des politiques publiques et qu’il faut en convaincre le plus de monde possible car il y a urgences. Une urgence sociale et une urgence climatique.

C’est sur ces deux axes qu’il faut repenser un modèle de société plus vertueux, plus juste, plus respectueux de la nature et des hommes, car notre modèle capitaliste productiviste menace notre survie et nécessite que l’on repense notre usage du monde. Le pôle écologiste, social et fédéraliste doit se rassembler pour proposer un nouveau modèle de société. Des villes et villages, au sommet de l’État en passant par les régions et les départements. Il y a urgences !